mardi 7 août 2018

Les Femmes Peintre que j'aime dont on parle peu : Edita Broglio





Ma 218ème vidéo :

Edita Broglio paintings



Edita Broglio née alterovna

 von Zur Muehlen 


(1886 – 1977) peintre issue

d’une famille noble de la

Baltique. 

Après la mort de sa mère, elle

vit chez son oncle paternel le

baron Raimund von Zur Muehlen (chanteur célèbre de la cour du Tsar et de l’Empereur de Prusse) qui lui inspire des sentiments libertaires et stimule son intérêt pour le dessin. 

Elle a étudié à l’Académie des Beaux-Arts de Könisberg, la

ville de Kant, jusqu’en 1910. 

En 1910 elle s’installe à Paris

et passe des journées au

Louvre où elle copie des

 œuvres du 15ème siècle et

dessine des feuilles, des fruits,

des crânes et des visages. 

En 1912 elle s’installe à Rome

et rencontre Olga Resnevic

Signorelli qui l’introduit dans

son salon en présence de 

Roberto Melli, Armando 

Spadini, Ferrucio Ferrazi et

Ivan Mestrovic le sculpteur

yougoslave. 

En 1913 elle expose à

l’exposition de la Sécession

avec deux œuvres inspirées

par la lumière de Rome et un

texte issu des « Nourritures

terrestres » de Gide. 

En 1917 elle rencontre Mario

Broglio et l’épouse en 1927. 

En 1918 ils fondent la revue

Valeurs « plastique » à

laquelle   collaborent Carra et

De Chirico. Dans les années

20 elle crée les premières

œuvres de la « Nouvelle

poétique » : les objets

reviennent, la grande tradition

revient. « Bouteilles » de 1927

rappellent Giorgio Morandini

mais avec un matériel fluide et

transparent. 



En fait elle dépeint les objets

avec délicatesse mais hors du

temps. « Un réalisme

magique ». 

En 1930 elle s’installe à Paris

avec son mari. Après 1935 elle

ouvre un atelier avec lui. La

recherche picturale des deux

artistes se confond, leur travail

est à 4 mains. (voir 3 tableaux

à 2.53 ; 3.21; 4.21)


Elle expose également en 1939

sous le pseudonyme de

« Rocco Canea ». 

Son rêve ancien : « Capturer

les valeurs secrètes de la

lumière et ses propriétés

phénoménales ».


Musique : Thibault Cauvin "Danse avec Scarlatti (Sonate en ré mineur K213 Andante)



Pour une meilleure lecture cliquer sur YouTube dès la mise en route